bir2_nJ’adore Guy Delisle. Toute cette « collection » de bouquin sur ses voyages (il suit sa compagne qui bosse pour MSF). A trainer dans les rue, a croquer le petit détail, a observer ses voisins a dessiner la vie simple de tous les jour, il arrive a mieux décrire un pays, son ambiance, ses problèmes, ses paradoxes, que bien des sommes descriptives. Dans la même veine j’ai également lu « Chroniques de Jérusalem » et « Pyongyang », toujours passionnant !

blank0_n
On va faire simple : je crois que rarement le sentiment du premier amour de jeunesse à été aussi bien décrit. Ça ne vous suffit pas ?

 

habibi9_n
Encore Craig Thompson pour un BD incroyable de beauté. Beauté spirituelle, beauté narrative et beauté graphique.  C’est un énorme pavé mais arrivé a la fin on regrette sincèrement qu’il n’en face pas le double.

 

 

 

Publicités

Chirurgie faciale :

Beaucoup aimé. Ce qu’on perd en folie par rapport aux Dupontel d’avant, on le gagne en invention et en esthétique.Les acteurs sont fantastique avec une mention particulière pour Niels Arestrup et Dupontel. Les masques sont, j’allais dire beau, mais non, incroyable ! Vraiment, globalement, une réussite.

 

 

 

 

VIH :
Si le thème est (forcement) passionnant et émouvant, j’ai eu un peu plus de mal a entrer dans son traitement cinématographique (notement le jeu de Nahuel Perez Biscayart et certains dialogues). Mais je m’en suis accommodé au fur et à mesure pour finalement me laisser emporter par ce qui est, au final, un grand film.

Au passage, Antoine Reinartz n’a vraiment pas volé son César.

A noter aussi, que contre toute attente, ce filme n’est pas le tire-larme dont beaucoup ont parlé.

 

 

 

Amputation :

J’avais toujours fuit Audiard fils de peur d’une glauquitude supposé…
J’ai pris une grande claque. Vraiment un très beau et grand film à mon avis. Du coup il me tarde de voir les autres !
Les acteurs sont tous renversant, vraiment.

 

 

 

 

 

 

 

Vétérinaire :
Baffe… Vraiment un très beau et fort film sur la solitude des paysans. Seuls face au travail, seuls face à leurs responsabilités, seuls face à des décisions qui parfois les dépassent, seuls face à l’état, seul face à leurs démons, seuls face à l’entourage qui ne les comprends pas toujours, seuls face à des informations en tout sens.
Le tout filmé sans compromission,angélisme ou héroïsme et porté par un acteur incroyable. Pas le film le plus joyeux de l’année mais c’est a voir absolument.

Le truand :
Après 2 saisons excellentes sur Chanel 4, Black Mirror est repris par Netflix. Si la 3eme saison sauvait encore les meuble, cette 4eme est, malheureusement bien décevante. Trois épisodes (Arkangel, Crocodile, Metalhead) pataugent dans des thèmes déjà abordés mille fois, on passera sur le complètement foutraque (et totalement inutile) USS Callister qui s’efforce, avec peu de succès, d’être tragi-comique, reste Black Museum dont l’idée est bonne mais la réalisation vraiment à la traine et Hang The DJ, qui malgré une fin un poil cryptique est le seul épisode digne de cette série.

 

La brute :
Peaky Blinders saison 4 : Rien de bien nouveau sous le « soleil » (haha) anglais. Les Blinders continuent leur chemin sans décevoir, ni surprendre. C’est toujours, bien fait, c’est toujours pas bien folichon mais c’est toujours très agréable à regarder. On se prend tout de même a rêver que certain personnages prennent une ampleur plus romanesque et moins linéaire.

Le bon :
Mini-série de David Simon (Trème, The wire etc…) totalement boulversante sur la 2eme guerre du Golf. A mon sens jamais la guerre n’avait été filmé avec une telle franchise. On nous montre tout, de la petite sympathie à la pire saloperie, du coup d’éclat à la dernière des conneries, c’est brut, honnête et parfaitement interprété.L’absence de musique renforce le coté réel de la chose. Une expérience totale et ambitieuse dont on garde durablement des traces. Fort !

treme   La série Treme vient de s’achever avec une ultime (mini) quatrième saison. Voici 10 raisons de regarder cette série incontournable.

1) Treme est une des toutes meilleurs séries américaines jamais filmées.

2) L’argument « je n’aime pas le jazz » est invalide. Je n’aime pas la boxe et je considère de Raging Bull est un chef d’œuvre du 7eme art. De plus Treme c’est bien d’autre choses que le jazz.

3) Treme parle (bien) de musique, de cuisine, de police, de racisme, de corruption, d’amour, d’éducation, de parentalité, de catastrophe naturelle, de culture, de pauvreté, de l’Amérique, de journalisme, de justice, d’amitié, d’alcool, de radio, de carnaval, d’immigration, d’urbanisme et plein de choses encore.

4) Treme est une galerie de personnages hyper-attachants bien que très réalistes. Ici pas de « gentils » pas de « méchants ». Juste des hommes et des femmes qui vivent leurs vies.

5) Dans Treme il y a une flopée d’excellents acteurs ( John Goodman, Clarke Peters, Michiel Huisman, Rob Brown, Wendell Pierce etc…) et une tonne de musiciens légendaires (Elvis Costello, Fat Domino, Steve Earle, Dr. John etc…)

6) En regardant Treme, vous allez rire, pleurer, aimer, haïr, comprendre, pardonner…

7) Jamais (ou alors très rarement) la musique n’a été filmée avec un tel respect.

8) En plus des musiciens, pas mal de personnages réels ont accepté de jouer leurs propres rôles (un politicien, des cuisiniers, un critique gastronomique, un chef indien…)

9) Vous apprendrez un tas de chose sur la très riche culture de La Nouvelle Orléans.

10) Je vous dis de regarder Treme, donc : regardez Treme !

 

steppes J’ai commencé, par le passé,  ce livre au moins trois fois. Sans jamais arriver a dépasser les trente premières pages. N’étais-je pas prêt ? Le style un peu poussiéreux de l’ancienne tradition me bloquait ? Vas savoir !

Aussi, dès que j’ai su qu’une nouvelle version française était sortie, je me suis jeté dessus. Car même si j’abandonnais, il y a toujours une sorte de magnétisme souterrain qui m’attirait vers les « aventure » de ce Harry Haller et de son loup intérieur.

Cette fois, pas d’abandon de poste ! Au contraire !  Je l’ai dévoré de bout en bout prenant une de mes plus grande baffe littéraire de ces dernières années !

Quelle œuvre !

Pour tout dire, bien que je l’ai refermé il y a près d’un mois, je ne suis pas certain d’en avoir encore tout digéré. Et, c’est con quand on veut écrire un article, j’ai énormément de mal a exprimer ce que j’ai ressentit en le lisant.

Aussi je ne pourrais que vous encourager à plonger ou re-plonger dans ces lignes qui cumulent critique de la société, psychanalyse, voyage initiatique, fantastique, une formidable analyse de l’Homme et bien d’autres choses encore.  Foncez !

parquet-courts Depuis la sortie de cet album il y a presque un an (en vinyle) la presse rock se pâme. Avec la sortie (enfin) en CD cet été c’est repartit pour un tour de compliments dithyrambiques, de chroniques élogieuses et de comparatifs flatteurs. Car, oui, Parquet Courts est un groupe qu’on aime rapprocher de ses racines. Chacun y va de ses références : Wire, les Stranglers, Franck Zappa & The Mother of Invention, Pixies, Pere Ubu, Nirvana, Television, les Strokes, Pavement, Modern Lovers, Magazine, The Damned… Et à chacun de ces noms on a envie de répondre comme dans la scène de la cuisine des Tontons Flingueurs : « Ouai, y’en a ! »
Car Parquet Courts est une formidable machine a mixer tout ce que le rock a produit de garage et d’underground depuis 60 ans.
D’ailleurs la comparaison avec le jaja que se sifflent Ventura et ses potes dans le film de Lautner tient bien la route. Car « il faut bien le reconnaitre : c’est du brutal » Ici pas de mélodie ciselée en finesse, pas de production joaillière, on ne fait pas dans le classieux mais dans le démontage de tête, ça racle le conduit auditif.   Et  si on peut regretter le coté un peu branleur de certains morceaux, force est de constater que l’écoute de cet album fait un bien fou à nos instincts les plus primaires. On aurait presque envie de faire du rodéo sur une vache enragée en hurlant yeeeeehaaaaa !

et en bonus :

fred-vargas-l-armee-furieuse